Reproduction des Ornithorynques

Les ornithorynques sont des mammifères discrets et ayant peu de prédateurs, ils ont su maintenir leur nombre malgré la présence de l’Homme et une diminution de leurs proies. La reproduction des ornithorynques fascine et intrigue.

La vie sociale des Ornithorynques

reproduction origine évolution ornithorynques

reproduction des ornithorynques

Table des matières

L’ornithorynque semble être un mammifère solitaire qui ne semble pas avoir une vie sociale très active. En réalité, l’animal est si calme qu’il est difficile de le remarquer. Cependant, la densité de mammifères dans certaines zones peut être grande grâce à une forte reproduction des ornithorynques. Lorsque la rivière est calme, on peut voir de nombreux ornithorynques chasser : certains plongent dans l’eau, d’autres nagent, et d’autres encore, remontant à la surface avec leurs nageoires entrouvertes, provoquent des cercles dans l’eau avec leurs mouvements de mâchoire.
Si il a peur, un ornithorynque peut plonger très rapidement pour se cacher en utilisant ses pattes palmées. Son plongeon est alors accompagné d’un bruit de « plouf », qui peut servir à alerter ses compagnons de la présence d’une menace potentielle. Après la maturité sexuelle ou en période d’ovulation, les ornithorynques sont plus courageux pour défendre leurs nids. Que ce soit contre des requins, des serpents ou autres reptiles par exemple. C’est la reproduction sexuée.

Affrontements, Amours et Reproduction des ornithorynques

Mâle et femelle ornithorynques réalisant leur danse de reproduction

La période de reproduction des ornithorynques a lieu d’août à octobre. C’est pour cette raison que les ornithorynques mâles deviennent plus agressifs durant ces mois, c’est la saison des amours. L’anatomie de leurs testicules et leurs sexes augmentent en taille car il y a beaucoup de spermatozoïdes. Au niveau de leurs chevilles, ils sont reliés à un éperon. Il semble que l’éperon et le venin soient utilisés lors des combats entre mâles adultes. En témoigne la présence de cicatrices et stigmate qui se trouvent généralement sur la queue ou leurs parties génitales. En captivité, certains ornithorynques mâles vont jusqu’à s’entretuer. Cependant cela est plus rare dans la nature car les plus vulnérables peuvent s’échapper.

Les observations faites en captivité ou aquarium ont révélé que la femelle est celle qui commence la parade nuptiale la plupart du temps. Les deux ornithorynques nagent côte à côte puis la femelle s’approche du mâle et le touche ou rampe sous lui. Puis, avec son bec, le mâle prend sa place derrière elle et rejoint la file. Le mâle semble encercler la femelle afin de se reproduire. 

Dans leur habitat naturel on pense que les ornithorynques se comportent de la même manière. On constate dans les populations sauvages qu’un ou quelques mâles dominants peuvent être capables d’effectuer les actes de reproduction essentiels et s’accoupler.

Au pays des kangourous la saison de reproduction des ornithorynques commence en août dans le Queensland, en septembre en Nouvelle-Galles du Sud et en octobre ou novembre dans le Victoria et en Tasmanie. Ce sont les périodes avec le plus de reproducteurs.

Le terrier et la couvaison : lieu de reproduction de l'Ornithorynque

Ornithorynque attendant devant son nid lors de la période de reproduction

Le terrier d’habitation de l‘ornithorynque est long de 5 à 10 m et juste au bord de l’eau, dans un terrain solide et stable, comme  autour de racines d’arbre par exemple. La reproduction des ornithorynques s’effectue sur plusieurs étapes durant les chaleurs de la femelle. Pour faire cela, il utilise ses pattes antérieures, palmes repliées. Le diamètre des galeries du terrier qui vont jusqu’ à la chambre correspond juste à la largeur du corps de l’ornithorynque. Cela a pour effet d’essorer son pelage quand il rentre. De plus cela le prépare à copuler durant la copulation.

Pour la gestation et l’accouchement, donner naissance et l’élevage des petits, la femelle utilise un autre terrier. Nettement plus grand, elle l’aménage les semaines suivant l’accouplement pour accueillir les oeufs pondus et les ovules. Les galeries peuvent atteindre 18 m de long et s’élever de 1 à 7 m par rapport à l’entrée. Dans la chambre où elle fait son nid, la femelle ornithorynque dispose des feuilles rapportées sous sa queue repliée. Cela favorise la reproduction. Cette litière assure l’isolation thermique et l’humidité voulues pour l’incubation des femelles fécondées. Une fois installée, elle ferme le tunnel de l’intérieur et après avoir pondu elle ne sort plus que rarement pour se nourrir.

Croissance des bébés Ornithorynques

Petit ornithorynque mangeant un ver

Entre deux et quatre semaines après la reproduction des ornithorynques et la fécondation, le sperme devient des embryons qui grandissent et la femelle pond de deux à trois œufs. Ce seront de futurs bébés ornithorynques. Presque sphériques, les coquilles mesurent de 16 à 18 mm de long, 14 ou 15 mm de diamètre, et sont collés entre eux. Pour couver et pondre, la femelle ornithorynque se roule autour d’eux en les maintenant entre son ventre et sa queue repliée. Après 10 à 12 jours d’incubation éclosent des bébés ornithorynques. A l’éclosion de la coquille ils font 25,4 mm de long et sont nus et aveugles. Pendant le sevrage les bébés ornithorynques sont allaités dans le terrier pendant trois à quatre mois. La femelle n’ayant pas de mamelles, le lait suinte le long des poils de fourrure de son ventre.

Ce mode de reproduction des ornithorynques fait que les bébés ornithorynques n’effectuent leur première sortie avec la mère qu’à trois mois et demi. Ils mesurent alors environ 37 cm (femelles) et 41 cm (mâles), soit 70 % de leur taille adulte et finale. Mais ils ne pèsent encore que 56 et 67 % du poids adulte. Il semble qu’ils ne soient pas matures avant deux ans pour les femelles, les mâles peuvent se reproduire plus tôt. Toutefois, des observations montrent que les jeunes femelles ornithorynques ne commencent à se reproduire que vers l’âge de quatre ans. Les animaux se reproduisent comme leurs parents. La progéniture deviendra à son tour reproducteur mâles et femelles. Le cycle de l’incubateur accouplé et des fécondés continue. Certaines espèces d’ornithorynques pendant la mise-bas n’arrive pas à reproduire le même embryon d’une race différente, même si c’est sexuel.

L'évolution de la reproduction de l'ornithorynque

origine et évolution des ornithorynques

Les spécialistes en ornithorynques sont longtemps restés sans responses sur la question de l’évolution de l’ornithorynque. Mais après des recherches approfondies, ils ont pu étudier comment l’ornithorynque se reproduit et comment il évolue dans le temps. Malgré sa discrétion, cet animal n’est pas considéré comme étant en voie de disparition. Au contraire, on compte des milliers d’ornithorynques dans le monde. Aujourd’hui encore, les chercheurs continu à explorer les origines et l’évolution de cet animal si mystérieux.

Reproduction des ornithorynques en France ?

reproduction des ornithorynques en france

Aussi surprenant que cela puisse paraître, les ornithorynques choisissent une fois par an la France comme lieu de reproduction. Le climat favorable qu’il y a en France durant la période de reproduction des ornithorynques les attirent sur le territoire français. On parle alors de « migration des ornithorynques ».  Les spécialistes étudient encore ce phénomène déroutant pour mieux comprendre comment cet animal incroyable se reproduit sur différents territoires que son pays d’origine. 

Où vit l'ornithorynque ?

L’ornithorynque a l’habitude de se loger dans des pays qui bénéficient d’un climat tropical, composé de deux saisons. Ils n’aiment pas se retrouver dans un milieu où la température est trop élevé ou trop basse. Pour cette raison, on les retrouve en plein milieu de l’Australie, en Océanie, entouré par les océans Indien et Pacifique. L’Australie est connu pour l’Opéra de Sydney, la Grande Barrière de Corail, la vaste étendue sauvage et désertique connue sous le nom d’Outback. Mais c’est également un pays connu pour être le refuge d’espèces animales uniques telles que les kangourous et les ornithorynques. C’est donc depuis des siècles que l’ornithorynque fait parti de ces espèces qui vivent en Australie et qui s’y reproduisent chaque année par centaine.

Le cri de l'ornithorynque

Photos d'ornithorynques

Temoignages

Aujourd’hui, je vais te parler d’un animal qui me fascine au point que je pourrais en parler pendant des heures : l’ornithorynque (comme le titre te le laisse deviner). Cet animal est tellement étrange que les scientifiques britanniques crurent à un canular...

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.